Un mémoire de maîtrise sur la vidéo-danse

-Par Priscilla Guy

ARTICULATING VIDEO-DANCE: DEFINED ROLES FOR THE CREATORS

Un mémoire de maîtrise sur les rôles de créateurs hybrides

Écrire un mémoire sur la vidéo-danse…. ou encore: articuler un art qui vous glisse entre les doigts et qui, en plus d’être changeant et controversé dans son identité, est supporté par une littérature trop maigre, souvent insuffisante… Voilà le défi devant lequel je me suis trouvée au moment de mettre en mots et en forme les idées sur lesquelles j’ai travaillé durant ma maîtrise.

Afin de tenter de définir ce médium artistique, j’ai voulu en comprendre les rouages et les composantes, et définir d’abord le travail effectué par les artistes qui plongent dans cet univers de possibles. Ainsi, c’est en me penchant sur les rôles de différents intervenants dans la création d’une vidéo-danse que j’ai choisi d’orienter ma recherche, et ainsi articuler le médium de l’intérieur. Déterminant d’abord quatre pôles majeurs qui, à mon sens, constituent les bases de la création en vidéo-danse, j’ai entrepris d’expérimenter ceux-ci, tour à tour, dans une étude de cas mettant de l’avant mon propre travail, mes propres réflexions sur cet art. J’ai incarné respectivement la réalisatrice, la chorégraphe, la directrice photo et la monteuse, dans un exercice visant à identifier le caractère chorégraphique de chacun de ces rôles créatifs.

Et pour donner contexte à cette recherche, je me suis lancée, en collaboration avec la très généreuse interprète Emilie Morin, dans la création d’un court-métrage de près de 15 minutes sur l’appartenance, la quête identitaire au travers du voyage, des lieux et des espaces, une oeuvre intitulée SOUS LES GLACES; TOI.

Bande-annonce | Sous les glaces; toi

Afin d’explorer ces thématiques, Emilie et moi nous sommes  littéralement jetées dans l’aventure d’un pèlerinage en Basse-Côte-Nord, de Montréal à Lourdes-de-Blanc-Sablon. Jusqu’à Sept-îles en autobus, nous avons par la suite continué notre route sur le Nordik Express, ce bateau qui constitue l’unique moyen de transport pour continuer sur la Côte à l’exception de l’avion (hors de prix bien entendu). Là où la route s’arrête, à Natashquan, le monde bascule subtilement dans un autre univers où tout prend une signification nouvelle. Notre séjour  à Lourdes-de-Blanc-Sablon fut ponctué par la générosité des habitants du village et de son maire. Devant l’immensité des paysages glacés à perte de vue, c’est avec en tête tout notre voyage sur le fleuve que nous avons continué le processus créatif de ce film une fois sur place. Quel est cet espace où tout est possible, où l’on se révèle à soi-même sans artifices ?

« Comment transporter son identité d’un lieu à l’autre sans la perdre, sans se fondre dans le nouveau décor tel un caméléon? Une jeune femme creuse pour trouver son essence, au-delà du dehors et des événements qui semblent vouloir l’engloutir. À la limite d’un isolement total, peut-on se retrouver ? Dans ce pèlerinage aux paysages nordiques, il y a la peur, le courage et le désir, tapis sous les couches du doute qui s’accumulent. Fuir? Peut-être. Ou rester et creuser plus encore. Aller au fond.

-D’où viens-tu?

-Ici, ailleurs, là-bas, maintenant. »

Pour cette expérience singulière et hautement significative, il convient de dire un immense merci à Anthony Dumas, maire de la municipalité de Lourdes-de-Blanc-Sablon (Basse-Côte-Nord, Québec), pour un accueil sans pareil lors de notre passage dans le village. Merci à Anita Joncas et toute la famille de la maison jaune (incluant le chien Bijou), pour nous avoir laissées utiliser la galerie de leur demeure pour le tournage, ainsi qu’à Éric et tout le monde à la Maison Chromatique de Rimouski pour nous avoir accueillies lors de notre retour vers Montréal. Merci à Chimwemwe Dave Miller, compositeur, pour son talent et son travail acharné. Plus que tout, merci à Emilie, l’inspiration et le cœur de cette œuvre.

Vous trouverez ci-dessous les quelques cents pages de ce projet de recherche, à ce jour uniquement disponible dans sa version originale, rédigée en anglais. Séparés en plusieurs chapitres, les quatre rôles étudiés sont soutenus d’une rechercher théorique et de perspectives historiques rigoureuses, d’études de cas embrassant des oeuvres phares et des créateurs de renoms, ainsi que de nombreux retours sur le travail effectué à Lourdes-de-Blanc-Sablon.

Télécharger le mémoire:

Articulating video-dance: Defined Roles for the Creators

Bonne lecture!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s