Il était encore deux fois: le corps aux multiples dimensions

Réalisation, chorégraphie et montage: Aurélie Pédron | Interprétation: Marie-Claude Gagné

Musique: Laurent Aglat | 2006

Aurélie Pédron, artiste montréalaise engagée aux talents multiples, a à son actif de nombreux courts-métrages de vidéo-danse.

On vous présente ici Il était encore deux fois, une œuvre d’à peine quelques minutes créée en 2006. Non sans rappeler le Pas de deux du canadien Norman MacLaren dans les années 60, ainsi que le très beau Choros que nous avons découvert l’été dernier au International Screendance Festival de Durham des réalisateurs Michale Lagan et Terah Meher, le film d’Aurélie Pedron est truffé d’ingénieuses idées et d’images évocatrices.

imagesLe corps de l’interprète est en proie à toutes sortes de manipulations. La frontalité ainsi que la nudité de l’interprète donnent au film une étrange saveur médicale, anatomique. De fait, les mouvements répétitifs et les désarticulations évoquent « l’anatomie » davantage que « le corps humain » comme entité sensible. Curieuse interaction entre musique, images superposées et choix de montage, la pièce nous offre un corps dansant à des kilomètres des images léchées haute définition qui ont la cote auprès des jeunes et moins jeunes artistes de la vidéo-danse contemporaine.

À la limite de l’étude exploratoire, la proposition est expéditive et sans fla-fla, mais rythmée et intrigante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s