REGARDS HYBRIDES à La Bourse Rideau 2013

La Bourse RIDEAU est créée en 1988 afin de stimuler et d’encourager la mise en marché des productions artistiques pour la scène. Formule d’échanges entre producteurs et diffuseurs, la Bourse regroupait à l’origine 250 participants. La formule s’avèrera gagnante puisque cet événement accueille maintenant annuellement plus de 1200 participants, professionnels des arts de la scène et partenaires d’ici et d’ailleurs.

387159_3362078620331_549846242_nREGARDS HYBRIDES est fière d’être invitée à La Bourse RIDEAU pour une vitrine de 30 minutes sur la vidéo-danse, mardi 19 février, 20h45, à la salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre de Québec, en première partie du Carré des Lombes. L’entrée est gratuite!

Pour l’occasion, Priscilla Guy représentera la plate-forme bicéphale et offrira aux spectateurs des perspectives inspirantes sur la vidéo-danse, un médium qui mérite d’être envisagé comme forme d’art à part entière.

La diffusion de la vidéo-danse est un créneau en chantier au Québec qui, cependant, ne manque pas d’artistes prolifiques et d’œuvres percutantes. Ailleurs dans le monde, certains acteurs de cette discipline se sont graduellement dotés de réseaux, de structures et d’événements phares pour assurer son développement. Une grande partie de ce travail reste à faire chez nous. Heureusement, les initiatives professionnelles et rigoureuses se multiplient depuis quelques années.

Le passage de REGARDS HYBRIDES à la Bourse RIDEAU sera une opportunité de plus pour discuter des enjeux de la diffusion d’œuvres chorégraphiques à l’écran, des modèles possibles pour une telle diffusion et des maillages intéressants qui résultent du développement de la vidéo-danse au Québec.

Qui dit vidéo-danse dit projection: une courte sélection d’œuvres québécoises récentes sera présentée au public en deuxième partie de cette vitrine sur la danse à l’écran. Ces œuvres ont été choisies par REGARDS HYBRIDES pour leur qualité artistique, dans l’optique de rassembler une collection variée qui puisse donner un avant-goût des différentes approches actuelles en vidéo-danse.

On y retrouve donc quelques vignettes de REGARD SUR LE MONDE de Philippe Meunier, de courts épisodes dans lesquels le danseur-réalisateur aborde la danse traditionnelle internationale avec une perspective à la fois contemporaine et humoristique. À route vers ce qui pourrait être un documentaire, mais qui prend racines du côté de l’interprétation artistique à l’écran, Philippe Meunier bouscule les clichés et le caractère sacré que peut avoir le mot tradition. Son travail coloré et rythmé propulse la proposition et lui confère un aspect plus personnel à travers la captation de ces danses du monde.

Le court-métrage PRESQUE de Priscilla Guy suivra, transportant le spectateur dans un univers davantage pictural. Jouant sur la profondeur de champs, le focus de l’image et un (re)cadrage artistique, l’œuvre se construit dans un travail de composition d’image qui régit l’œil du spectateur. La chorégraphie s’orchestre au cœur d’un montage fait de superpositions, d’accumulations, de répétitions et d’accélérations, créant une danse virtuelle énigmatique et sensible.

De cette incursion dans le monde pictural de Priscilla Guy, on est catapultés dans l’épisode cartoonesque interprété par Emily Honegger intitulé DRAWING BLANK, un film ingénieux de Stefan Verna combinant théâtralité, danse et animation. Plus narratif et léger, ce projet regorge de trouvailles techniques. L’agilité physique de l’interprète, la direction photo et la scénographie de ce court-métrage laissent à la danse une place tout indiquée sous le signe d’une histoire ludique.

Pour clore la projection, les bandes-annonces de deux films de plus longue durée seront présentées. D’abord, celle de GRAVITY OF CENTER, une adaptation pour l’écran de la compagnie Rubberbandance Group réalisée par Thibaut Dunerveix et Victor Quijada qui continue de faire forte impression dans les festivals internationaux. Le travail d’adaptation y est merveilleusement bien orchestré et transporte les interprètes (et le spectateur!) au cœur de paysages montagneux, de tensions interpersonnelles riches et d’enjeux physiques nouveaux dans un décor extérieur évocateur. Finalement, la vitrine se terminera sur un aperçu du film ORA réalisé par Philippe Baylaucq mettant en vedette les danseurs de la compagnie Flak. Chorégraphiée spécifiquement pour l’écran par José Navas, cette production est le fruit d’une recherche entre caméras thermiques, mouvement et technologies interactives. Le corps humain y est présenté entre chaleur, reflets et danse contemporaine.

REGARDS HYBRIDES espère que cette courte vitrine saura apporter de l’eau au moulin de la réflexion sur la vidéo-danse au Québec, un créneau en pleine ébullition…!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s