COMMUNIQUÉ / REGARDS HYBRIDES: entre corps et caméras, danse et cinéma

[English below]

COMMUNIQUÉ
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Montréal, le 10 octobre 2017 – La compagnie montréalaise Mandoline Hybride vous convie à la première édition des Rencontres Internationales Regards Hybrides du 10 au 12 novembre 2017 à Tangente (Espace Danse – WILDER), un temps fort consacré à l’interaction entre danse et cinéma à l’ère du numérique, d’Internet et de la multiplication des écrans dans notre quotidien.

Nos corps se meuvent devant des caméras omniprésentes avec une aisance sans précédent, tandis que nos gestes les plus banals sont archivés et diffusés dans une multitude de contextes. Dans cette mouvance, quels discours artistiques émergent ? Comment les pratiques chorégraphiques et cinématographiques s’approprient la mutation des liens entre les corps et les écrans? La chorégraphie, la danse et la performance peuvent-elles être envisagées comme stratégies pour déjouer/détourner les effets du développement numérique? Au confluent d’un ensemble de pratiques hybrides, l’artiste et commissaire Priscilla Guy propose de poser un regard critique sur les rapports entre corps dansants, écrans et caméras à travers trois thèmes : 1) l’autoreprésentation; 2) les enjeux raciaux à l’écran; 3) l’intervention socio-artistique.

Montréal est bien connue pour ses productions de haut calibre dans le créneau de la danse à l’écran : on pense entre autres au Pas de Deux de Norman McLaren ou au film Le Dortoir de François Girard et Gilles Maheu. Plus récemment, de nombreuses œuvres de Marlene Millar et Philip Szporer, ainsi que CODA de Martine Époque et Denis Poulin et Glace, crevasse et dérive de Chantal Caron ont reçu des éloges à l’international. Pourtant, le Canada tarde à s’inscrire dans la mouvance internationale qui favorise la tenue d’événements récurrents où de telles œuvres hybrides sont non seulement présentées, mais aussi où les enjeux esthétiques et politiques qui les sous-tendent sont discutés.

10647172_558948360871444_2565209548304320797_n

Les Rencontres Internationales Regards Hybrides visent à faciliter la découverte d’œuvres inclassables pour le public et les artistes, mais aussi à nourrir les débats sur des enjeux éthiques actuels en adoptant une posture critique. En effet, bien que plusieurs festivals canadiens dédient une part de leur programmation à la diffusion d’œuvres de danse à l’écran, rares sont les occasions d’interroger ces pratiques dans une perspective critique et de mieux comprendre les rouages de tels processus de création.

Forte de près d’une décennie de création, de pédagogie et de recherche dans ce créneau, Priscilla Guy souhaite consolider ses acquis et offrir au milieu québécois un espace favorisant l’articulation et le développement de ces pratiques atypiques. En compagnie d’une vingtaine d’artistes et spécialistes de l’international, les professionnels des arts et le grand public auront droit à une programmation éclectique composée de plus de 35 films, 2 performances multidisciplinaires, 1 installation vidéo, 6 panels et tables rondes et 1 atelier collectif, sans compter de nombreux espaces de discussion informels.

Homing Pigeon(s) and Friends

Dans cette programmation dense, plusieurs éléments retiennent l’attention :

  • une soirée d’ouverture avec une sélection de films touchant aux trois thèmes abordés durant l’événement;
  • l’artiste italien Yari Stilo et l’interprète québécoise Emilie Morin détournent les fonctions des plateformes Premiere, Facebook et Skype dans des performances mi-virtuelles sur des questions identitaires et de communication;
  • Léna Mill-Reuillard, récipiendaire du Prix du CALQ – Oeuvre de la relève à Montréal 2016, présente son installation vidéo Machinari, une mise en abîme hypnotique qui démultiplie à l’infini le concept d’autoreprésentation;
  • la danseuse et travailleuse culturelle Karla Etienne (compagnie Nyata Nyata) anime deux panels critiques : 1) le premier en compagnie de l’artiste et chercheuse Naomi Bragin (Seattle, É-U) dont les travaux s’intéressent à YouTube et aux streetdances, ainsi que de la chercheuse canadienne Jessica Jacobson-Konnefall (Calgary) et de l’artiste Terrance Houle (Calgary / Kainai Nation) qui exploreront les questions raciales et identitaires à l’oeuvre dans le travail de Houle; 2) un deuxième panel portant sur le milieu carcéral rassemblera la réalisatrice Camille Auburtin (France) qui crée des œuvres collectives avec des personnes détenues, ainsi que les artistes Amie Dowling, Reggie Daniels et Austin Forbord (San Fransisco, É-U) dont les films chorégraphiques traitent des questions de sur-incarcération et de profilage racial aux États-Unis;
  • une soirée entière dédiée à deux artistes de Vidéographe, manon laBrecque avec En deçà du réel (1997) et Robert Morin avec Yes Sir! Madame… (1994) dont les films seront abordés sous l’angle de l’autoreprésentation et à travers un regard chorégraphique;
  • un atelier grand public dédié à la création d’un manifeste collectif en compagnie de l’artiste écossaise Katrina McPherson mettra de l’avant différents manifestes internationaux rédigés au cours des deux dernières décennies et tentant de nommer les enjeux de la danse à l’écran;
  • une soirée de clôture dédiée à la création mexicaine avec les artistes, chercheuses et pédagogues Ximena Monroy (Mexique) et Paulina Ruiz Carballidos (France-Mexique) du festival itinérant Agite Y Sirva, qui offriront une conférence sur leur approche relationnelle en arts en plus d’une riche sélection de films mexicains issus des 10 dernières éditions de leur festival et d’un repas traditionnel mexicain;

Les Rencontres Internationales Regards Hybrides
10 novembre de 20h30 à 23h + 11-12 novembre de 10h à 23h
Tangente – Espace danse WILDER
Programme général, infos et réservations >>>
*Dévoilement complet de la sélection officielle de films : 23 octobre 2017

PARTENAIRES : Tangente, Moving Image Research Laboratory de McGill (MIRL), La danse sur les routes du Québec, Circuit-Est, Agora de la danse, Vidéographe, Agite Y Sirva, Camillau, OFQJ, Consulat Général d’Italie

AVEC LE SOUTIEN DE : Conseil des arts du Canada (CAC), Conseil des arts de Montréal (CAM), Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ)

©Emilie Durville / ©Yari Stilo

-30-

Montreal, October 10th 2017 – Montreal-based company Mandoline Hybride invites you to the first edition of Regards Hybride: An International Forum from Nov 10 to 12 2017 at Tangente (Espace Danse – WILDER), an event dedicated to the interaction between dance and cinema in the age of digital media, the Internet and the multiplication of screens in our daily lives.

Our bodies move in front of ubiquitous cameras with unprecedented ease, while our most ordinary gestures are archived and distributed in a multitude of contexts. From these realities, what artistic discourses emerge? How do choreographic and cinematographic practices deal with the evolution of the interaction between bodies and screens? Are choreography, dance and performance able to challenge the effects of digital technology and its development? At the confluence of a set of hybrid practices, artist and curator Priscilla Guy proposes a critical look at the relationships between dancing bodies, screens and cameras through three themes: 1) self-representation; 2) racial issues onscreen; 3) socio-artistic intervention.

Montreal is well known for its high quality productions in the field of screendance: for example, Pas de Deux by Norman McLaren, or Le Dortoir by François Girard and Gilles Maheu. More recently, multiple works by Marlene Millar and Philip Szporer, as well as CODA by Martine Époque and Denis Poulin, and Glace, crevasse et dérive by Chantal Caron have garnered international acclaim. Nevertheless, Canada has been slow to join the international trend toward organizing recurring events for the presentation of these hybrid works, where underlying political or aesthetic concerns can also be discussed.

Regards Hybride: An International Forum intends not only to facilitate the discovery of these unclassifiable works, but also to develop a critical position in order to nourish the discourse surrounding current ethical concerns in the arts. Indeed, although many Canadian festivals include screendance works in their programs, this forum represents a rare opportunity to question these practices with a critical perspective, and to better understand the mechanisms behind their creation.

After nearly a decade of creation, teaching and research in this field, Priscilla Guy wishes to consolidate her endeavors and to offer the milieu a space for the articulation and development of these atypical practices. Accompanied by 20 international artists and specialists, both arts practitioners and the general public will have access to an eclectic program including more than 35 films, 2 multi-disciplinary performances, 1 video installation, 6 panels and round tables, and 1 collective workshop, as well as numerous moments for informal discussion.

Several highlights from this dense program:

  • An opening night screening with a selection of international films addressing the key themes of the forum;
  • Yari Stilo (Italy) and Emilie Morin (Quebec) hijack the platforms of Premiere, Facebook and Skype in a semi-virtual performance about identity and communication;
  • Léna Mill-Reuillard (Quebec), the 2016 recipient of the CALQ Prize for Work by an Emerging Artist, presents her video installation Machinari, which takes the idea of self-representation and infinitely multiplies it to create a hypnotic mise-en-abime;
  • Montreal-based dancer and cultural worker Karla Etienne (Nyata Nyata) hosts two panels: 1) the first with artist and researcher Naomi Bragin (Seattle, USA) whose work addresses Youtube and streetdance, as well as Canadian researcher Jessica Jacobson-Konnefall (Calgary) and artist Terrance Houle (Calgary/Kainai Nation) who together explore questions of race and identity within Houle’s artworks; 2) a second panel on dance for camera and the prison system will include director Camille Auburtin (France) who creates collective works with incarcerated individuals, as well as artists Amie Dowling, Reggie Daniels and Austin Forbord (San Francisco, USA) whose choreographic films address questions of over-incarceration and racial profiling in the United States;
  • An entire evening dedicated to two artists from Vidéographe: manon laBrecque with En deçà du réel (1997) and Robert Morin with Yes Sir Madame! (1994); their films will be considered through the lens of self-representation as well as from a choreographic point of view.
  • A workshop, open to the general public, dedicated to the collective creation of a manifesto: under the guidance of Scottish artist Katrina McPherson, the workshop will propose different international manifestos written in the last two decades in order to identify the issues facing dance on screen today;
  • A closing night event dedicated to Mexican creations, with the artists/researchers/teachers of the roving festival Agite Y Sirva, Ximena Monroy (Mexico) and Paulina Ruiz Carballidos (France/Mexico), who will present a conference on their relational approach to artistic practice, as well as a rich selection of Mexican films from the last 10 editions of their festival, and a traditional Mexican meal;

Regards Hybrides : An International Forum
November 10 from 8:30pm to 11:00pm + November 11-12 from 10:00am to 11:00pm
Tangente – Espace danse WILDER
Complete program, information and reservations >>>

*Announcement of the full program of officially selected films: October 23rd, 2017

PARTNERSHIPS : Tangente, Moving Image Research Laboratory (MIRL), La danse sur les routes du Québec, Circuit-Est, Agora de la danse, Vidéographe, Agite Y Sirva, Association Camillau, OFQJ, Consulat Général d’Italie
WITH SUPPORT FROM : Conseil des rts du Canada (CAC), Conseil des arts de Montréal (CAM), Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ)

©Emilie Durville / ©Yari Stilo

-30-

 

 

Publicités